Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 15:52

Une nouvelle occasion de prendre la température du brevet pour cette année 2018.

 

Voilà sur quoi ont planché les élèves qui ont passé le DNB en Amérique du Nord hier et avant hier.

Le premier exercice évalue

  • La lecture d'un tableau à double entrée.
  • La connaissance du tableur.
  • L'utilisation de pourcentage.

Le deuxième exercice aborde 

  • Le théorème de Thalès
  • Le théorème de Pythagore

A noter : Les rédacteurs de sujet de brevet semblent ne connaître que le triangle rectangle du maçon (3-4-5  ici agrandi d'un facteur 7/5)

 

Le troisième exercice 

 

Traite des probabilités ... il est très bien payé.

 

Le quatrième exercice concerne

 

La programmation

et plus précisément Scratch (même si le produit n'est pas nommé)

Un must  : l'information qui tente de préciser que l'orientation de scratch n'est pas l'orientation classique en mathématiques. Mais qui le fait avec une grande maladresse.

En effet l'instruction "s'orienter à 90" signifie que l'on s'oriente dans la direction qui correspond à l'est sur une carte : orientation absolue (par rapport à la terre)

On imagine l'élève qui s'interroge sur le sens de "Se diriger vers la droite"
qui suppose à la fois 
un déplacement (et non une rotation)
à droite de l'orientation que l'on a alors : orientation relative au personnage.

Ainsi, si le personnage est orienté à l'ouest et qu'on tente de lui appliquer ce qui est indiqué dans l'énoncé, on orientera le personnage au nord !

A noter : l'énoncé de l'exercice prend à lui seul plus d'une page et demi !

 

Le cinquième exercice concerne

  • la symétrie axiale (celle que les élèves retiennent le mieux)
  • la translation 

 

 

Des éléments de correction en géométrie dynamique

- Axe de symétrie (question 1)

- Vecteur de la translation (question 2) à obtenir en ajustant l'extrémité pour obtenir le motif de l'énoncé. On voit alors de quelle translation (quel vecteur) il s'agit.

 

 

Le sixième exercice est un problème mettant en jeu 

le calcul d'aires
de volumes
de calcul de coût

Toutes les connaissances nécessaires (formules) sont données dans l'énoncé.

 

Le septième exercice concerne 

  • Le développement / réduction d'expression littérale
  • Les fonctions et leur représentation graphique

Le huitième exercice (très court) concerne la notion de vitesse

 

A noter : ce sujet a beaucoup de points communs avec celui proposé à Pondichéry cette année (en mai)

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2017 2 26 /12 /décembre /2017 13:58

Les adeptes de la réduction de la réalité au calcul, comme semble l'être Gilles Dowek, cherchent (désespérément ?) à prouver que la complication peut générer la complexité.

Pour le dire autrement, ils cherchent des exemples de situations dans lesquels un très grand nombre d'éléments simples, fait "émerger" à partir d'un certain niveau (un nombre suffisant d'item) de la complexité ... 

On pourrait définir le simple par

une addition de deux éléments simples donne un résultat prévisible (constant)

Une addition de deux éléments complexes donne un résultat imprévisible (variable à conditions égales)

Dans la vidéo qui suit, la présentation n'annonce rien moins que 

 

 

" Comment la simplicité peut-elle engendrer la complexité ? Voilà une question qui touche à la fois aux mathématiques, à la physique, à la biologie et aux sciences sociales. Et la fourmi de Langton en est un bon exemple ! ​​​​​​​"

La fourmi de Langton — Science étonnante #21

Étonnante conclusion si on regarde le résultat produit par la fourmi de Langton après des mouvements que le commentateur assimile pour une part à du chaos.

L'autoroute, production finale et répétitive de la "fourmi" serait un résultat complexe.

Il semblerait au contraire qu'ils soit une fin répétitive très proche du mécanique et très loin du complexe.

N'y-a-t-il pas ici confusion entre 
incompréhension momentanée (?) des premiers mouvements de la "fourmi" 
et
complexité de la situation.

Si je divise le nombre 1002582 par l'entier qui le suit
à savoir 1002583
Les premiers 6 chiffres que j'obtiens sont des 9
(ce qui s'explique assez facilement)
régularité que l'on peut rapprocher de la symétrie que l'on obtient au début des mouvements de la fourmi

Puis les chiffres deviennent tout à fait aléatoires (?)
(je n'y discerne aucune régularité ... même si il n'y a là rien de complexe)
0025763453000898678712884619029047969095825482777984466124001703599602227446505675839307069838

On pourrait (même) y voir du chaos !

il n'en est rien,
il s'agit seulement d'un ordre mécanique dont nous ne savons justifier l'apparition 
autrement que par le procédé qui permet de l'obtenir.

En effet la séquence des chiffres se reproduira nécessairement puisqu'on sait que tout nombre rationnel (fraction) a une écriture décimale périodique 
(au plus il y a 1002582 restes différents, cette périodicité est donc au maximum de 1002582 chiffres)

Aucune complexité ... uniquement de la complication.

Quant à voir l'illustration de "L’Émergence" dans cette "autoroute" (analogue au travail à la chaîne de Charlot dans les temps moderne) ... 

Galilée disait bien (citation approximative)
"Avec ma lunette, chacun ne voit quand même que ce qu'il s'attend à voir"

------------------------------------------------------

La fourmi de Langton programmée sous Scratch

 

Mettre en mode turbo 

Partager cet article

Repost0