Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 09:10

Exercice issu du cahier Sésamath 6ème, qui vise à entraîner aux notions de longueur (et donc périmètre) et aire.

----------------

[Cette proposition s'adresse aux parents ... ou à des professeurs(?). 
Elle nécessite - bien évidemment - une appropriation, adaptation, modification pour ne pas ressembler à un exercice d'application du type de celui qui figure ci-dessus.

--------------------

Des notions qui semblent assez abordables, à savoir longueur, aire (surface) ou volume, sont très souvent mal assimilées parce que vues de façon trop abstraite avec un passage trop rapide à des exercices dont le support ou la matière est également très abstraite.

Il ne s'agit pas ici de critiquer l'exercice proposé, mais d'y ajouter une touche de réalité, ici en faisant le lien avec deux personnages de l'histoire de France :

Le roi Louis XI : [ De nombreux historiens ont souligné la cruauté et la traîtrise alors que Louis XI était un fin diplomate. Il fut comparé à une araignée qui tisse sa toile car il préfère la diplomatie aux armes. En témoigne les 2 200 lettres qu'il a écrit en 22 ans de règne.  ... suite  ou plus complet ]

et

Le (pauvre) cardinal de La Balue : [ Jean de la Balue, né en 1421 à Angles-sur-l'Anglin et mort en  à Ancône (Italie) à l'âge de 70 ans, est un cardinal connu pour avoir été accusé de trahison et longtemps emprisonné par Louis XI.]

Comme le dit l'article, le cardinal de La Balue a été emprisonné et enfermé dans ce que Louis XI nommait ses "fillettes". Cage en fer* où il y restera, dit l'Histoire, plus de 10 ans.
Voir : 14 octobre 1468 date de l'emprisonnement 

---

Il existe deux représentation de la "cage" de Jean de La Balue 
 

 

 

Le malheur de La Balue peut nous donner l'occasion de revoir d'une manière pratique :

Pour commencer, la notion de longueur.

1) Avant tout, évaluons les dimensions de cette cage (j'ai choisi ici celle qui convient mieux pour ce travail)
 

2) Ensuite nous pouvons tenter de calculer la longueur totale de barre de métal nécessaire à sa fabrication. (un dessin du patron de la figure peut être nécessaire)

3) On peut éventuellement modifier un peu (plus grand ou plus petit) les dimensions de la cage pour avoir un "encadrement" du résultat final (longueur de barre de métal nécessaire.

Ensuite, nous pouvons évaluer l'aire au "sol" de la cage, 

Puis l'espace disponible.

 

On peut se poser ces questions sur le second modèle.
Mais c'est plus difficile pour les longueurs.

 

Éventuellement on peut actualiser ces informations* 

 

 

______

*Des "cages" modernes, à Paris

Partager cet article

Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 10:23

 

Dans cet exercice, on entraîne l'élève à situer un nombre par rapport à un autre.
En même temps, on travaille sa familiarisation avec les symboles qui permettent de comparer des quantités (ici réduites à des nombres), à savoir

< (le plus petit est à gauche)

> (le plus petit est à droite)

= (les deux quantités sont égales)

 

Une précision capitale, et qui n'est pas assez donnée comme une propriété fondamentale des quantités.
On ne peut comparer des quantités en se servant de leurs nombres, que si elles ont la même unité.

Ainsi on ne peut pas comparer 1 000 000 km et 1,2 années lumières
en se servant simplement des nombres 1 000 000 et 1,2

Il en est de même pour l'addition ou la soustraction.

On ne peut additionner 3 pommes et 4 poires
(mais, en changeant d'unité, on peut obtenir 3 fruits + 4 fruits = 7 fruits)

 

Si on revient à l'exercice lui-même, les parents ne doivent pas intervenir ici pour "aider" leur enfant à trouver (ou corriger) le signe qui convient. Tout juste peuvent-ils les encourager à vérifier si, a minima, ils ont toujours utilisé un symbole avec le même sens.
(travail sur la cohérence et la relecture)

 

 

Ici aussi,  il y a bien mieux à faire pour les parents.

Par exemple, proposer la comparaison de deux ... n'importe quoi.

Un des objectifs du travail sur la plasticité mentale (on pourrait dire tout simplement, l'intelligence) est de nuancer les opinions tranchées, les jugements définitifs.

Par exemple, réduire l'utilisation des expressions "c'est la même chose" (confusion) et "ça n'a rien à voir" ou "ça n'a aucun rapport" (disjonction totale)

 

 

 

Cette comparaison de deux n'importe quoi, par exemple une chaise et un stylo, mettra en évidence (? plus ou moins) le fait que l'on ne compare pas directement des "choses" mais des caractéristiques de celles-ci. 
Par exemple ici leur poids respectifs, leur épaisseur, leur clarté, leur prix, leur utilité comme support (barème à établir) ou comme instrument pour se curer les ongles.

 

 

...
Inutile bien sur d'aller jusqu'à la relativisation de la notion de supériorité, voire ... d'élite
(quoique !)

Partager cet article

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 13:31

L'article est en anglais 

Taking arts classes leads to better academic performance

Ceux qui auront lu "AVIS AUX PARENTS..."* y verront une concordance avec ce que dit cet article qui engage les parents à "compenser" l'apprentissage des "savoirs académiques" par des cours d'expression artistique.

Il est nécessaire de préciser que ces cours, pour assurer cette "compensation" (équilibrage du cerveau pour lui conserver sa plasticité et ne pas l'enfermer dans la pensée lego, à savoir l'assemblage strictement logique) cet enseignement artistique ne doit pas lui-même être délivré sous la forme d'un savoir académique, mais donner la plus grande part à la découverte, à l'initiative, à la sensibilité personnelle (non normée). 

Ce qui n'est pas vraiment l'orientation que donnent, en France, les directives de "l'enseignement industrialisé" pour les cours d'art plastique :

(Je développerai ici l'enseignement des Arts Plastiques au Collège (classes de 6ème (11 ans) à 3ème (14 ans), mais il en est de même à l'école primaire.)

Pour exemple : La première partie d'une notice concernant : 
"La représentation plastique et les dispositifs de présentation"

On remarquera le caractère hyper analytique de cette notice à destination de l'enseignant (et en regard, la maigreur squelettique de ce qui est intitulé "scénario pédagogique")

[Note  : La "Découverte des qualités physiques des matériaux" était autrefois étudiée en Technologie (!) . On voit bien ici vers quoi glissent les disciplines artistiques.]

Ci-dessous, l'ensemble des objectifs et pratiques visés par la discipline (documents officiels : source 
http://eduscol.education.fr/arts-plastiques/enseigner/ressources-par-theme-de-programme/ecole-college/cycle-3/la-representation-plastique-et-les-dispositifs-de-presentation.html#c7378

--

(Les liens sont à cliquer)

 

La ressemblance

 

L'autonomie du geste graphique, pictural, sculptural

La narration visuelle


Les différentes catégories d'images, leur procédé de fabrication, leurs transformations

La mise en regard et en espace


ERREUR ! Aucun résultat sur identifiant : ''
  • Tout est dans la présentation ! Nouvelle fenêtre

    C3 Questionnement sur la mise en regard et en espace
    Zone académique : Grenoble
  • C3 La représentation plastique et les dispositifs de présentation - Transformer l'image Nouvelle fenêtre

    1- « Transformez une de ces images » I-Les différentes catégories d'images, leurs transformations. >La transformation d'images existantes dans une visée poétique ou artistique. III-Les effets du geste et de l'instrument. 2- « Proposez une nouvelle manière de regarder votre réalisation » I-La mise en regard et en espace. >l'exploration des présentations des productions plastiques et des œuvres. I-La prise en compte du spectateur, de l'effet recherché. > La mise en espace, la frontalité, circulation, participation ou passivité.
    Zone académique : Rennes


La prise en compte du spectateur, l'effet recherché

 
  • C3 La représentation plastique et les dispositifs de présentation - Transformer l'image Nouvelle fenêtre

    1- « Transformez une de ces images » I-Les différentes catégories d'images, leurs transformations. >La transformation d'images existantes dans une visée poétique ou artistique. III-Les effets du geste et de l'instrument. 2- « Proposez une nouvelle manière de regarder votre réalisation » I-La mise en regard et en espace. >l'exploration des présentations des productions plastiques et des œuvres. I-La prise en compte du spectateur, de l'effet recherché. > La mise en espace, la frontalité, circulation, participation ou passivité.
    Zone académique : Rennes
  • C3 (Tous questionnements) - Et si cet objet devenait une oeuvre Nouvelle fenêtre

    ET SI CET OBJET DEVENAIT UNE OEUVRE ? Problématique: Comment s'opère la création d'une œuvre d'art? Quels dispositifs sont mis en place pour changer l'objet du quotidien en œuvre d'art? Quelles différences entre objet du quotidien et œuvre d'art?
    Zone académique : Rennes

(Il est clair que, si l'enseignant respecte ces "propositions" - et le système a les moyens de ... - l'enseignement des Arts Plastiques ne fait que renforcer les dérives évoquées* et n'aide en rien à compenser la perte de plasticité mentale résultant d'un enseignement à la fois - trop tôt - très technique et très conceptuel**) 

____

* AVIS AUX PARENTS QUI VEULENT AIDER LEUR(S) ENFANT(S)... AU-DELÀ DE LA RÉUSSITE AUX EXAMENS

** Tristan Félix, poétesse et performeuse, annonce à raison, sur son site de présentation 
"CHANTIER INTERDIT AU CONCEPT".

Il est des lieux qu'il faut protéger de la démarche scientifique qui ne s'applique qu'à l'immobile, qu'à la matière entièrement régie par le temps de l'horloge (usure) et qui ignore la pulsation (productrice de néguentropie) du vivant.
Il ne s'agit pas bien sur, d'interdire le concept dans l'enseignement artistique, mais d'en limiter le plus possible la présence ... en faisant confiance à la vie ... l'enfant sait produire du sens sans qu'on le lui transfuse. 

Partager cet article

Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 22:43

 

Dans cet exercice, on entraîne l'élève à se servir d'un axe muni de graduations.

Il s'agit de comprendre la correspondance entre la position d'un point sur un axe (représenté par un segment au bout duquel il y a une flèche qui indique le sens de l'augmentation, en même temps qu'il signifie que l'axe n'a pas de fin

Pour cela, il va falloir dans chaque cas trouver "combien vaut une graduation" (sur les deux premiers axes, le a et le b, c'est facile puisque, comme sur une règle graduée, les représentations des axes commencent à leur origine 0.

Les parents ne doivent pas intervenir ici pour "aider" leur enfant à trouver cette valeur de la graduation. Tout juste peuvent-ils les encourager à vérifier si ce qu'ils ont écrit ne contredit pas des éléments de l'énoncés (des valeurs déjà écrites)

 

Il y a bien mieux à faire pour les parents.

En effet, même pour un adulte, l'orientation ... par exemple sur la Terre, ne va pas de soit.

Si on demande à quelqu'un ce qui différencie
les directions Nord <-> Sud et les directions Est <-> Ouest
beaucoup diront qu'elles sont tout à fait du même genre.
(Alors que Nord et Sud désignent des destinations ... et leur direction...tant qu'on n'y est pas parvenu.
Tandis que Est et Ouest désigne des directions ... il est impossible d'arriver à l'Est.)

Il ne s'agit surtout pas d'insister sur ces différences ... il faut les percevoir avant de les comprendre.
(Cela peut même être un sujet de fâcherie entre adultes (sourire)²²²  *)

 

Boussole**

Ce que l'on peut proposer à son enfant, après l'exercice, ou à un autre moment, c'est par exemple de donner le nombre de kilomètres que l'on peut faire en allant (toujours) au Nord, au Sud, à l'Est et à l'Ouest, ... sans passer deux fois au même endroit.

On peut se servir d'une pomme, ou d'une orange.

...
Cette "étude" fera bien comprendre en quoi aller au Nord est différent d'aller à l'Est
...
et devrait même donner bien d'autre résultats, ou mieux, questions, inattendu(e)s.

 

[Je suis très intéressé par les retours de ceux qui s'aventureraient sur cette proposition.]

___

* Si, si !!!
C'est bien dommage d'en arriver là, mais cela arrive pourtant.
Il n'y a vraiment pas de quoi, puisque même le grand Gilles Dowek*** a considéré, dans une de ses conférences, ces quatre notions comme équivalentes ... pour minimiser ensuite l'importance de ces différences en arguant du fait qu'elles n'avaient pas d'incidence sur son développement.

** Boussole, instrument qui indique ... à peu de chose près, en général, le nord géographique (pas du tout si on se trouve tout près du nord magnétique)

*** Je préfère retenir de lui ce conseil [je dois me demander] "qu'est-ce que je sais faire et que l'ordinateur ne sait pas faire"
On pourrait même dire "qu'est-ce qu'un animal sait faire et que l'ordinateur ne sait pas faire"

 

 

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 12:06

Beaucoup de femme ou d'homme dont la vie professionnelle ou ... peut être considérée (notamment par eux-même) comme réussie, se plaignent de s'être profondément ennuyés à l'école.

L'absence d'ennui est précisément un défaut de la vie des enfants en général (saturée d'activités encadrée et technicisées) et de l'école en particulier (où l'on dispose d'outils - tout comme la publicité - pour maintenir l'attention de l'élève ... jusqu'à parfois un ennui qui est alors non pas une vacance mais un malaise fautif.)

En introduction à un excellent article qui met en évidence l'utilité de l'ennui, un petit "travail" de lecture lente.

 

L'article :  

“Maman, je m’ennuie…” : Tant mieux !

--------------------

Extrait : 

Dans notre société, l’inactivité est très mal vue. Il faut que chaque heure ait son occupation et l’art de ne rien faire n’est plus vu que comme un signe de fainéantise. De plus, les parents se montrent souvent inquiets et déploient des trésors d’ingéniosité pour trouver de quoi occuper leur enfant lorsqu’il semble s’ennuyer.
...

Pour que nos enfants puissent développer toutes leurs intelligences (logique, verbale mais également émotionnelle, naturaliste), il est donc tout aussi important de les stimuler que de leur laisser du temps pour  ...

Partager cet article

Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 20:34

 

 

 

Une émission récente de la station de radio FRANCE CULTURE pose clairement la question :

"Système éducatif : vaste machine à trier les enfants ?"*

 

Un système nuisible ?

Y compris pour les parents qui pensent qu'à ce jeu là, leur enfant a plus de chance que les autres de gagner, il est important de comprendre en quoi ce "système" est nuisible au développement du potentiel physique, intellectuel et "d'aptitude au bonheur" de leur progéniture.

Le pire

Dans ce que l'on considère être le pire des cas, un enfant est éliminé par le système à l'une des étapes de sélection (qui ne dit pas son nom)

* Le CP, s'il est "en retard" dans son apprentissage de la lecture (rappel 1 : Einstein a parlé à cinq ans. Rappel 2 : l'avantage de l'homme sur l'animal est son développement lent et sa maturité tardive.)

* Le CM2, s'il ne "semble pas près à suivre le rythme du collège"

* La troisième, s'il n'a pas assimilé les compétences et savoirs du socle défini pour le collège.

* La terminale, s'il ne parvient pas à réussir aux épreuves, particulières dans leurs exigences de contenu et de forme, du baccalauréat.

* La troisième année de fac, s'il ne parvient pas à s'adapter à l'organisation particulière des études supérieures dans son pays et au type d'exigence des contrôles de connaissances proposés.*

...

Même l'étape où, en théorie, la personne a acquis une grande autonomie dans ses apprentissages (orientation et action), à savoir le passage d'une thèse, voit de plus en plus cette autonomie se réduire (là aussi les contraintes de forme et d'utilité augmentent chaque année.)

Le meilleur ??

Les apparents "gagnants" de ce système se trouvent en réalité être ceux qui en sont le plus marqué au sens fort du terme ... leurs capacités créatives se sont très souvent éteinte, ils deviennent incapable de créer, d'inventer ... il ne savent plus que répondre à la commande induite par la guerre économique que se livrent les nations, à savoir INNOVER.*

Quant aux autres, tous ceux qui ont abandonné plus ou moins volontairement l'ascension de l'échelle, la plupart ont gagné à ce parcours le sentiment, tout à fait infondé de leur infériorité absolue et pire, ont, tout au long de leur parcours perdus leurs talents propres, leurs intuitions, leurs connaissances issues d'un contact non médiatisé par le "sachant", remplacé par des connaissances, et savoir faire très souvent non intégrés, c'est à dire ne faisant pas réellement partie d'eux-même.

Ils étaient des étoiles, ils se retrouvent satellisés.**

 

L'enfant satellite

Ainsi, les parents qui désirent aider vraiment leur(s) enfant(s) à actualiser le potentiel qu'ils recèlent doivent agir en parallèle à l'action du Système, pour tenter de conserver vivant ce potentiel.

Les recherches des neurosciences peuvent nous aider en nous donnant quelques pistes :

1) Tout apprentissage qui conduit à la "consolidation de compétences particulières implique une réduction de la diversité des ressources adaptative." (Réduction de la plasticité mentale)

2)  La mémorisation de contenus purement codés est coûteuse en charge cognitive. 

Les parents concernés devront donc être attentifs à ce que dans le cadre des contenus qui leurs sont enseignés
- ceux qui n'ont pas d'utilité pour eux mêmes (mais servent au développement de qualités recherchées ... à la manière des travaux que l'on fait sur le corps dans les exercices physiques destinés à le développer et renforcer)

- les notions fondamentales ne soient pas abordées sans épaisseurs et dans un but purement utilitaires à court terme (réussir un test, un examen ... il en va autrement pour un concours, lorsqu'on est contraint d'en passer par là***)

___

Ce site se propose d'être une aide, dans le domaine des mathématiques en particulier, des sciences en général, voire des matières littéraires, pour conseiller les parents intéressés par ce propos, sur des exemples précis et leur donner les moyens de dialoguer avec les enseignants de leur(s) enfant(s).

___

PS :

- Il suffit de regarder la liste des français médaillés au niveau international (par exemple les médaillés Fields) pour voir qu'il en est très peu (s'il y en a ?) qui sont issu du système scolaire industriel français. Et qu'en particulier la plupart sont d'excellents littéraires (L'un d'eux disait avoir choisi les mathématiques plutôt que la philosophie, "parce qu'elles étaient plus faciles".

- Si quelqu'un comme Albert Einstein ou Alexandre Grothendieck entrait de nos jours dans ce système. Le premier serait activement pris en main en "remédiation" dès l'âge de trois ans ... et ne produirait rien de sa vie et le second n’accéderait pas aux études supérieures.

___________

* Le système, tout en étant ruineux pour la majorité de ceux qu'il traite, n'atteint pas réellement son but.

** Satellisés autour de "La pensée LEGO" qui réduit l'imagination à l'assemblage de pièces préfabriqués, normées.

 

*** Il est très difficile pour un enseignant, dont les résultats sont évalués sur le très court terme, de ne pas se laisser aller aux procédés qui donnent des résultats de façade en sucre, résultats qui tiennent le temps de l'évaluation, de l'examen.

...
Il est également difficile pour les parents, qui ont connu les prémices du Système (perfectionné depuis, notamment grâce à des outils particulièrement intrusifs) et "s'en sont sortis", de comprendre à quel point leur contrepoids est capital pour que leur(s) enfant(s) conserve(nt) cette indispensable plasticité mentale, qui, alors que la machine simule de mieux en mieux l'intelligence du compliqué, sera de plus en plus nécessaire dans ce qui restera et émergera sur le marché du travail.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 16:29

Partager cet article

Repost0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 10:45

Sous titré " Adolescents : et s'il était temps de les lâcher" , l'article de THE CONVERSATION 

interroge à propos du "trop plein d'attention" de certains parents inquiets de leur progéniture et attentif à satisfaire le moindre désir de leur enfant (parfois avant même qu'il apparaisse)

---------------- extraits-------------

Jusqu’où les parents devraient-ils s’investir dans la scolarité, les activités et l’épanouissement de leurs enfants ? De nombreux psychologues et sociologues dénoncent ces derniers temps le trop plein d’attention déployé par les « parents hélicoptères », ainsi désignés car ils restent en position stationnaire au-dessus de leur progéniture, à l’affût du moindre de leurs besoins. La question se pose avec d’autant plus d’acuité à l’adolescence, période de l’apprentissage supposé de l’autonomie.

...

Nous avons ouvert dans plusieurs villes en France des consultations pour dénouer les problèmes fréquents de relations avec l’école. Et reçu de nombreux parents d’adolescents venus chercher de l’aide, non pas pour une phobie scolaire, mais plutôt l’inverse, ce que nous pourrions qualifier d’apathie scolaire.

La dernière ligne droite avant l’émancipation

Nous entendons souvent des pères et des mères confier leurs inquiétudes quant à la léthargie académique de leur rejeton, son inconscience face à son avenir professionnel et les conséquences dramatiques auxquelles ces défauts préoccupants ne manqueront pas de l’exposer dans un futur proche.

D’une façon stratégique, pour ne pas les heurter dans leur volonté de faire pour le mieux, nous tentons de les amener à faire assumer les conséquences de cette inaction scolaire à leur adolescent lui-même, pour mettre en place un contexte qui le responsabilise. Avec cette idée qu’en faisant ou voulant à sa place, ils lui interdisent de prendre l’élan essentiel lors de cette dernière ligne droite que représente l’adolescence, avant la falaise qui se présentera devant lui – l’émancipation.

...

« Il regardait en l’air en bâillant »

Cette maman revient en consultation une semaine plus tard.

...

- Vous avez vraiment été remarquable, Madame.

- Oui, je sais, se rengorge-t-elle, attendez, vous allez voir le bouquet final. Le soir même, à 22 heures, il arrive en pyjama et dit : “Maman, s’il te plaît, aide-moi pour la carte, j’y arrive pas, je comprends pas ce que ça veut dire légender, c’est sans doute à cause de mon TDAH…”. Et là je dis “Chéri, je suis très fatiguée et franchement, ce n’est plus l’heure des devoirs, je trouve que tu as bien travaillé aujourd’hui ; tant pis, tu auras un zéro en géographie, ce n’est pas la fin du monde.” Et là, il s’est littéralement déchaîné, j’avais rarement vu ça. Il m’a dit que j’étais la pire mère du monde, qu’il le raconterait à tout le monde, qu’il allait contacter un avocat, Enfance et Partage et pour ça aller voir l’assistante sociale du collège le lendemain à la première heure.

- Waouh, la puissance de cet enfant ! Je suis impressionnée !

- Mais j’ai tenu. Franchement, c’était vraiment difficile. Et…

...

« Tu n’es pas capable », lui dit-on en substance

La prise en charge de l’adolescent par ses parents (ce qui consiste à faire à sa place ce qu’il devrait être capable d’assumer, par exemple sa scolarité), lui envoie deux messages implicites : le premier, c’est qu’on l’aime, c’est pour cela qu’on est inquiet pour lui ; le deuxième, c’est qu’on l’estime tellement incapable – scolairement, en l’espèce – qu’il nous semble essentiel de faire les choses à sa place. En dépit de la qualité du premier message, le deuxième message qui est très confortable pour l’adolescent à court terme (il est donc générateur de cette fameuse paresse que paradoxalement on lui reproche) est en fait assez destructeur de sa confiance en lui. « Tu n’es pas capable » lui dit-on en substance.

Notre approche, fondée sur la thérapie dite « brève et stratégique » née de l’école de Palo Alto, nous amènent, nous thérapeutes, à nous poser la question suivante : est ce que ce ne seraient pas précisément toutes ces modalités de prise en charge qui génèrent la léthargie chez cet adolescent ?

...

La promesse de récompense, ou de sanction

Ce changement de perspective est l’apport de Gregory Bateson, le fondateur de l’école de Palo Alto, que son collègue Paul Watzlavick désigne comme « mutation méthodologique fondamentale » dans son livre Les cheveux du Baron de Münchhausen (Seuil).

Cette prise en charge excessive peut revêtir plusieurs formes, le parent d’adolescent inquiet étant très créatif pour la mettre en œuvre.

...

 

Un résultat précisément inverse de celui qui était souhaité

Toutes ces manoeuvres constituent ce que les psychologues de l’école de Palo Alto appellent les « tentatives de régulation ». Elles sont mises en place pour résoudre un problème ou apaiser une souffrance et elles provoquent très précisément l’inverse de ce qui était souhaité. Ce mode d’interaction infructueux est précisément décrit dans l’article Thérapie courte, résolution d’un problème circonscrit, signé de quatre chercheurs de cette école et repris dans la somme collective des travaux menés de 1965 à 1974, Sur l’interaction (Seuil).

...


Emmanuelle Piquet vient de publier aux Editions Payot Mon ado, ma bataille, comment apaiser la relation avec nos adolescents.

---------------------- article complet ici --------------------------

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 18:10

Ces sites ont été développé par des parents pour leur enfant.

Ils proposent des approches, des documents, des conseils qui ont été testés en situation et sont donc particulièrement intéressants pour tous ceux qui sont en recherche d'outils d'individualisation en rapport avec les difficultés spécifiques de ces enfants.

les sites : 

http://troublesneurovisuels.unblog.fr/category/mathematiques/

Voir la présentation 
------------------------------------------ Extrait  --------------------------

A la création de ce blog en novembre 2012, mon fils Marc a 9 ans, il est au CM1. Il présente des troubles neurovisuels et sensorimoteurs à l’origine d’une dysgraphie, dysorthographie,  dyscalculie spatiale. Il a été diagnostiqué l’année précédente après un début de scolarité difficile et un parcours  médical chaotique à la recherche d’une explication à ses nombreuses difficultés. Nous avions perdu beaucoup de temps avec des professionnels non informés, des pistes psy « fumeuses »

------------------------------------------------------------------

http://lepetitroi.fr/maths.html

Voir La présentation

----------------------------------- Extrait --------------------------------------

Voilà de nombreuses années que je cherche, réfléchis et prépare des activités pour aider mon fils autiste à progresser.

J’ai pour cela beaucoup navigué sur Internet pour m’inspirer du travail d’autres parents, d’enseignants…. et j’ai apprécié de trouver tous ces documents qui m’ont beaucoup aidé à faire progresser notre enfant.

Vous proposer ce que j’ai moi-même préparé ou partager avec vous mes rencontres et mes coups de cœur me semble un juste retour des choses…..

Le petit roi est né en 2000 ; il est scolarisé depuis l’âge de 3 ans en milieu ordinaire. Tout d'abord à raison de 15 heures par semaine, puis 18 heures. Le reste de la semaine, il est gardé par une nounou extraordinaire qui l’a baptisé « le petit roi ».

Il est accompagné durant le temps scolaire par une AVS (assistante de vie scolaire) et bénéficie d’un encadrement par le SESSAD (éducatrice spécialisée et psychomotricienne). Dans le cadre du CMP voisin, il a un suivi psychologique (plutôt classique) et, en libéral, nous sommes accompagnés par une psychologue comportementaliste extraordinaire  ici (je dis nous, car elle m’apporte de précieux conseils….).

------------------------------------------------------------------

 

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 12:15

Voir comment réagissent

les élèves, les parents, des tiers non spécialistes, des professeurs de maths qui interviennent à un autre niveau ...

à propos d'un travail donné en "narration de recherche" (ici un exercice du sesamath 4ème)

est à la fois 

  • intéressant
  • inquiétant
  • presque affligeant

et surtout montre qu'il y a un gros travail de communication à faire à propos des objectifs de l'enseignement des mathématiques 

à l'école, au collège, au lycée, dans des formations supérieures générales ou spécialisées (écoles d'ingénieur)

Les diverses réactions
parfois très agressives
et qui soutiennent l'élèves dans sa réaction de doute, voir de refus
sont  à lire ici sur le forum de l'excellent site "Prise 2 Tête"

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

----------------- [mon intervention] --------------------

Hello

débat super intéressant !

Belle diversité de point de vue !

[peut-être un peu trop de "réactions" qui donnent  parfois aux développements proposés un ton de conflit]

-----------------------
 


-----------------------

Il n'y a pas de réponse absolue
surtout lorsque 
le produit demandé est un outil de progression
et non 
un truc qu'on va vendre et qui répond aux besoins d'un client
et doit les satisfaire.

---

On peut donner une tâche pour des tas de raisons différentes

La France a un problème avec les maths
qui sont souvent enseignées pour elles-mêmes 

alors que certains contenus sont utiles 
au niveau sensibilisation (: plaquette touristique qui donne envie)
d'autres au niveau information (: voyage organisé, survol, ...)
d'autres au niveau apprentissage (: étude approfondie ... compréhension)
d'autres au niveau systématisation ( : j'y pense même plus quand je le fais)

Voir les résultats catastrophiques que cela donne ( TIMSS et PISA)

En fait, à l'Ecole, la recherche de "la bonne solution, la bonne méthode etc."
stérilise totalement l'esprit et conduit souvent l'élève à ne pas avancer lorsqu'il ne voit pas la solution
(quand ton but est caché derrière une colline, il faut souvent aller dans une direction que tu "essaies" pour commencer à l'apercevoir.
L'élève français qui ne le voit pas n'avance pas.)

Les travaux du type proposé ici sont souvent (?) donnés pour que l'élève 
passe à l'action (= mise en jeu - dans le domaine du sport)


 

Donner des méthodes de résolution 
c'est souvent ce qu'une aide (parent, prof en cours particulier, P2T (sourire)²)
fait, pour emballer la solution (résoudre le problème, dissoudre le travail (sourire)²²)
alors que 
comme le travail en salle de gym
le but n'est pas de lever la fonte
sinon je ne vais pas me fatiguer les bras, je prend un outil - une méthode - qui raccourcit la tâche
(souvent les parents apprennent la règle de trois à leur enfant qui a un problème de proportionnalité en cm2 ou sixième, squeezant tout accès à la compréhension de ce qu'est la proportionnalité)

N'importe quel élève peut entrer dans la tâche proposée ici.

Le problème principal
- on le voit ici à l'angoisse de l'élève ou du parent -
est 
la note ! **

totalement contre-productive ici 

le retour que l'enseignant doit (?) faire sur ce type de travail 
est 
une appréciation (commentée, éventuellement évaluée sur 4 niveau*) 
des démarches engagées
de la rédaction sur le papier de ces démarches
de la qualité formelle de la production

surtout pas une note.

-----
 

Pour répondre sur le fond

Les aides les plus intéressantes données ici
sont celles qui donnent à visualiser le problème ("fais donc des dessins complétant ce qui est montré dans l'énoncé")

et permettent d'aller vers
les premières étapes et observations que l'on peut en tirer
(observation 
des "différences"
de leurs progression
lien entre une étape n et l'étape n+2 - intéressant même si cela ne produit pas LA réponse.)
...
un début de généralisation (hypothèses) et des conseils pour leur "test" 




* 
NA non abordé 
AD amorce de démarche 
DA démarche qui fait avancer vers la solution 
DC démarche qui aboutit à un niveau de conclusion suffisant.
(ou un chiffre pour ceux qui ne peuvent faire autrement)

** voir à propos de la "commande" faite à l'élève (voire au parent ou à l'enseignant ... etc)
https://www.youtube.com/watch?time_cont … FEtiA18lZU
Roland Gori - La Fabrique des Imposteurs

Partager cet article

Repost0