Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 23:35

source : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66243.htm

 

     
     

En direct des laboratoires
Un large panel de nano-revêtements aux multiples applications


 

De nombreux objets de la ville quotidienne, de l'automobile aux lentilles de contact en passant par les casseroles anti-adhésives, utilisent des revêtements fonctionnels spécifiques. Il y a plus d'une quinzaine d'années, le professeur Gero Decher, de l'Institut Charles Sadron (CNRS/Université de Strasbourg) a inventé une méthode originale de dépôt de nanomatériaux sous la forme de couches minces. Cette technique consiste à "empiler", avec une précision nanométrique, des couches dont la structure et les fonctionnalités chimiques sont contrôlées par la séquence et la nature des constituants incorporés dans le film (polymères, pigments, protéines, particules ... ). Grâce à cette technologie, peu coûteuse et, qui plus est, peu polluante, il est possible de fabriquer des matériaux dotés de propriétés extrêmement variées.

 

Des travaux récents menés par les équipes de Gero Decher et de Pierre Schaaf, en collaboration avec celle de Jean-Claude Voegel du Laboratoire de Biomatériaux et Ingénierie Tissulaire (Inserm/Université de Strasbourg), et dont les résultats ont été publiés en novembre dernier sur le site de la revue Angewandte Chemie International Edition, ont permis de rendre cette méthode de dépôt encore plus puissante et facile à appliquer. Initialement, celle-ci nécessitait des trempages successifs dans différents liquides et des temps de dépôts importants. Aujourd'hui, c'est à l'aide de deux flacons que les chercheurs réussissent à vaporiser simultanément deux liquides sur une surface à recouvrir. D'où un gain de temps et des avantages logistiques considérables.

Qui plus est, cette méthode particulièrement originale s'applique à toute une gamme de nano-revêtements, y compris des classes complètement nouvelles de matériaux, comme des films purement inorganiques. D'où un élargissement de la gamme déjà importante d'applications de ces couches minces. Par ailleurs, l'introduction de molécules biologiquement actives, comme des peptides, des enzymes, des protéines ou encore de l'ADN, au sein de ces films conduit à l'élaboration de nano-revêtements dont les applications sont nombreuses dans le domaine des sciences de la vie (biocompatibilité des implants, préparation des pansements, ingénierie tissulaire, transfert de gènes, vecteurs pharmaceutiques, biocapteurs). Les industriels qui cherchent à réduire leurs coûts de production et à s'investir dans le développement durable de leurs produits devraient évidemment être intéressés par cette méthode innovante.

   
     

 

 

 


Plus de 80% du texte concerne la facilité de mise en oeuvre et les moyens de production des nanotechnologies

Une infime partie de l'article évoque les usages, et ce avec une précision digne du fameux smog londonnien.

 

Ici encore on voit à quel point la question du pourquoi (faire) s'efface derrière la joie de la prouesse technique du comment.

 

(Un point commun avec l'art ?)

Partager cet article

Repost0

commentaires