Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

26 juillet 2019 5 26 /07 /juillet /2019 15:16

Le journal Libération révèle, à ceux qui l'ignoraient, l'énorme responsabilité de Miléva, femme de Albert, dans les découvertes qui lui ont valu sa gloire. En même temps que le peu d'intérêt du grand physicien pour les mathématiques.

article original MILEVA EINSTEIN, L’INCONNUE DE L’ÉQUATION
 

Extrait : 

Star de l'ombre. Sans cette mathématicienne hors pair qui comblait les lacunes de son mari rêveur et dispersé, Albert ne serait probablement pas devenu Einstein. L’œuvre du génie lui doit énormément. Mais l’époque, son tempérament taciturne et sa condition de femme l’ont contrainte à une existence dans l’ombre.

 

En 1905, des travaux essentiels au développement des sciences et de la pensée furent publiés dans les annales de physique de Leipzig. Ces manuscrits originaux ont disparu, mais ceux qui les ont approchés affirment qu’ils étaient signés de ces deux noms : Albert et Mileva Einstein. Derrière cette œuvre novatrice, la rencontre de deux êtres reliés par l’intelligence et la quête de vérité.
...

Journal Libération

Mileva appartenait au monde du savoir, aux mathématiques qui l’emportaient vers une essence métaphysique. Mais la fin du XIXe siècle restait fermée aux ambitions d’une jeune femme dotée d’une intelligence hors du commun. Son père, un autodidacte qui saisit le génie de sa progéniture, finance la poursuite de ses études à l’école polytechnique fédérale de Zurich : Mileva Maric est alors la seule femme inscrite en 1896 dans la section mathématiques et physique. Elle est aussi la plus âgée.
[...]

Journal Libération

Ils se rencontrent autour d’un exercice de mathématiques qu’Albert ne parvient pas à résoudre et dont Mileva détient la solution. Entre les jeunes gens se noue une relation où se mêlent la lecture, l’observation et les essais théoriques. Ce sont des amours intellectuelles. Deux esprits supérieurs en quête d’infini. Ils cherchent la vérité dans les processus naturels, dans la génération et la modification de la lumière, dans l’électrodynamique des corps en mouvement. Ils se marient, s’installent à Berne
[...]

Journal Libération

Mais sans Mileva, Albert serait-il devenu Einstein ? De nature dispersée, il avait besoin d’elle pour le guider dans son travail. Il était rêveur et indécis ; elle, déterminée et assidue. Elle l’aide à accomplir ses idées et lui apporte une aide précieuse en mathématiques.
[...]

Journal Libération

La nuit venue, Mileva planchait sur les théories de son époux, complétait les données manquantes. Lui recherchait toujours le jugement de celle qu’il considérait comme incorruptible et infaillible. Einstein aurait ainsi déclaré : «J’ai besoin de ma femme, elle résout pour moi tous les problèmes mathématiques. […] Sans elle je n’aurais ni commencé ni achevé mon œuvre. […] Nous ne faisons qu’un.» Et Hermann Minkowski, professeur d’Einstein, de compléter : «Ce fut pour moi une grande surprise, Einstein était un grand flemmard et il ne s’intéressait pas du tout aux mathématiques.»
[...]

Journal Libération

Séparé de sa femme, Einstein perd de sa créativité. Tous ses travaux majeurs ont été développés sous le sceau de sa communauté avec Mileva. On raconte que le manuel de 1905 envoyé aux annales de physique était si parfait dans sa formulation mathématique qu’il portait l’évidence de sa présence. Mais il ne reste aucune note, aucune trace manuscrite de Mileva. [...]

Journal Libération

Il reste à définir l'intelligence particulière de Albert Einstein qui ne peut donc être caractérisée par le goût et le grand talent pour les mathématiques et auquel, d'après l'article cité, Mileva aurait dédié sa vie, elle qui pensait ne jamais pouvoir se marier à un homme, jugeant le mariage incompatible avec l'activité intellectuelle qui était la sienne ... avant de rencontrer Albert.

 

 

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2019 2 02 /07 /juillet /2019 15:39

D'après BMFTV

 


Sur Twitter, nombreux sont les élèves à avoir ironisé sur la complexité de certaines questions, se demandant s’ils venaient de participer au baccalauréat où au brevet. D'autres, plus alarmistes, se demandent s’ils vont finalement obtenir leur diplôme.

BFMTV

Pour un représentant du syndicat SNES


En ce qui concerne le sixième exercice, au centre de toutes les plaintes, Jean-François Clair estime que l’éducation nationale "s’est faite plaisir." "C’est du calcul littéral, nous n’avons pas le temps de les préparer à ce genre de subtilités, nous n’avons pas le temps." Un fait mis en avant par plusieurs collégiens, contactés par nos soins et sur les réseaux sociaux, qui affirment avoir été confrontés à des sujets qui n'avaient pas été abordés au cours de l’année scolaire.

En fait, et cela a été relevé par d'autres commentateurs, ce qui complique énormément le travail des élèves, c'est la volonté à tout prix de vouloir donner des exercices insérés dans la vie courante.

Car ce qui met en difficulté les élèves n'est pas la partie mathématique elle-même, mais ce qui est autour.

par exemple : le partage équitable d'un trésor entre des marins
(qui oublie le cas où il n'y en a qu'un)

mot qui est surtout évoqué dans le cas du commerce équitable
et qui est plus complexe pour l'élève qu'un partage à quantités égales, bien plus clair.

 

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2019 2 02 /07 /juillet /2019 15:28

Il est ici 

 

Ceux qui ont pris la peine de s'exercer sur le sujet donné aux dates prévues 
et que j'avais présenté ici

n'ont pas perdu leur temps
en effet
celui-ci en est très proche.

ou là en pdf (merci l'APMEP)

Attention

dans le sujet distribué, il n'y avait pas de couleurs pour l'exercice en scratch

 

Le corrigé est disponible ici

toujours pas de couleur en réalité pour scratch

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2019 1 01 /07 /juillet /2019 12:15

Proposé par carrefour-education.qc.ca

Le document est téléchargeable aux formats pdf (ordinateur) et epub (liseuse)
ainsi qu'en document open office (modifiable)

précision concernant ces fichiers

L'intelligence artificielle en éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada.

 

 

(Liens fournis par le site)

Le texte de ce dossier est disponible en format PDF. Cliquez pour télécharger.

Il est aussi disponible en format OpenOffice/LibreOffice. Cliquez pour télécharger.

Et en format ePub pour la lecture sur tablette ou téléphone.  Cliquez pour télécharger.

 

Ou ici en cas de difficulté.

Sur le site il est possible d'accéder directement par lien aux différents chapitres

Partager cet article

Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 14:06

 

Comme nous l'annonce Sciences et Avenir

La prochaine éclipse de Soleil aura lieu le 2 juillet 2019 et pourra être scrutée par les astronomes qui jouiront d'un emplacement privilégié pour l'observer.

Mais dans cette présentation,
aucune question, aucun étonnement !

Pourtant le fait que 

"Le diamètre de la Lune est 400 fois plus petit que celui du Soleil, et le Soleil 400 fois plus éloigné de notre planète que la Lune. Résultat : lorsque la Lune passe devant le Soleil, leurs diamètres apparents coïncident. "

devrait nous interroger !

Quelle coïncidence !

Peut-on l'expliquer par des lois physiques ?

Est-ce vrai sur d'autres planètes possédant des satellites ?

 

Ici encore le magazine n'ouvre pas l'esprit, il étale des données scientifiques.

Et pourtant
on pourrait aussi évoquer ce qui n'est pas possible
et qui aide à comprendre ce qui l'est.

Comme par exemple,
une éclipse de la lune par le soleil ?!

Un ami me disait récemment qu'il avait un thème astral catastrophique
il y avait une opposition Soleil / Vénus ... il paraît que c'est très mauvais (sourire)²

Partager cet article

Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 13:48
Le grand oral ... ce que l'on attend d'un élève

https://www.education.gouv.fr/cid143189/rapport-de-cyril-delhay-sur-le-grand-oral-apprendre-a-tous-les-eleves-a-porter-leur-propre-parole.html

 

Présentation initiale du sujet (5 min) : cette partie se caractérise par le fait qu'elle est réalisée sans support, sans note, debout devant le jury.Il s'agit de se placer dans une situation où l'oral seul est le vecteur du message, sans éléments perturbateurs.

Dialogue avec le jury (10 min) : cette partie permet au jury de faire appel aux connaissances de l'élève, mais aussi à sa curiosité, à ses motivations. La présence d'un membre du jury qui n'enseigne pas la spécialité du candidat permet d'ouvrir le dialogue à des sujets non étroitement techniques.

Revenir sur sa réflexion et proposer une pensée en acte » (5 min) : le jury relance le candidat avec une nouvelle question suscitée par son propos et lui demande de développer sa réponse après un petit temps de préparation. Il s'agit de développer un exemple, une application, une mise en situation, etc. Il permet d'évaluer la capacité du candidat à "rebondir" et à créer de nouveaux développements à partir de l'horizon posé par son sujet.

------------------------

Certains s'interrogent sur ce qu'ils perçoivent comme une dérive

L'inspecteur Bourrel (les cinq dernières minutes)
lui, à tout compris

 

Bon dieu... mais c'est bien sur ! 
nous vivons les cinq dernières minutes "du contenu"
ce qui importe c'est la forme !

 
Tout comme dans "lard mots terne"
l'oeuvre n'a que peu d'importance
ce qui compte c'est le commentaire qu'est capable d'en faire l'artiste.
 
Chacun sait que 
dans notre monde actuel
tous ceux qui vivent de leur production
vivent mal
 
la production
et cela touche à présent les auteurs (compression des droits d'auteurs ...)
ne vaut que
par celui qui la valorise
par son discours (emballage matériel et verbal (pub))
 
Il est donc capital de produire des
producteur d'emballage.
 
On voit d'ailleurs partout autour de nous
que ceux qui ont réussi 
font partie de ces talentueux ... imposteurs
 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 10:30

Le sujet en métropole ayant été repoussé à la semaine suivante, seuls les départements d'outremer, qui font d'habitude l'épreuve en même temps, ont planché sur le sujet prévu.

 

Exercice 1 : Il nécessite de savoir ce qu'est un nombre premier ET que 1 ne l'est pas.

Un peu de probabilité que l'on peut réussir même si l'on n'a pas eu de cours sur le sujet.

Décomposition d'un nombre en produit de facteurs premiers (ici 525 = 3 x 5 x 5 x 7)

 

Exercice 2 :  toujours la même incohérence, due au fait que l'on continue d'enseigner et d'évaluer la connaissance de l'assemblage LEGO de scratch pris pour de la programmation

 << "S'orienter à 90° signifie que l'on se tourne vers la droite >>

dites le voir à un passant qui passe, pour voir sa réaction

A minima il manque le "signifie ICI"

 

 

 

Rappelons que, les belles couleurs visibles ici, et qui sont celles que propose scratch pour identifier les différents types de briques

NE SONT PAS SUR LE SUJET qui est lui en noir et blanc

mais ont été rajouté par le rédacteur de l'APMEP, pour redonner de la lisibilité au programme pour tous ceux qui ont appris à l'utiliser et à utiliser ce code couleur.

Ici encore, plus d'une page de sujet pour ... peu de résultats.

 

Exercice 3 :

Le thème est le sujet polémique des 80 km/h. Il donne l'occasion de faire 

Un travail sur les pourcentages, utilisation et calcul d'un pourcentage. Calcul de moyenne. Et formule (la plus simple) d'un tableur (supposé être du genre excel)

 

Exercice 4 : 

Trigonométrie (application directe) Théorème de Thalès dans un triangle rectangle (à supposer que Leila est parallèle à la tour Eiffel )

Exercice 5 : calcul numérique (sur un programme de calcul), en partie sous forme de QCM
calcul littéral, pour retrouver la fonction associée à un programme de calcul.

 

 

Exercice 6 :  Calcul de volumes, fonction linéaire (et proportionnalité) , équation (1. C , 3 et 4), lecture de graphique

 

Le sujet au format pdf (source APMEP Association des Professeurs de Mathématiques de l'Enseignement Public

Partager cet article

Repost0
26 juin 2019 3 26 /06 /juin /2019 01:23

Jules Laforgue (Médaille Fields) a hésité entre une carrière scientifique et littéraire ... il dit avoir choisi le plus simple.

"Que je dise tout de suite que je ne considère pas que dans l'enseignement secondaire l'enseignement du Latin ou du Grec soit le plus important, ni d'ailleurs celui des mathématiques.

L'enseignement prioritaire est à mes yeux celui du Français. Je pense que tout élève doit recevoir un double enseignement absolument essentiel :
D'une part, qu'il soit rendu capable de s'exprimer lui-même, aussi bien par écrit que par oral, et y compris dans des registres abstraits ; qu'il soit rendu capable de réfléchir, d'écrire et de parler.
D'autre part, qu'il soit introduit et peu à peu familiarisé de façon de plus en plus approfondie avec l'ensemble de notre héritage littéraire qui est une merveille du monde, qu'il apprenne l'histoire de notre littérature et au moins des éléments de l'histoire des littératures étrangères, qu'il soit amené à lire et à étudier le plus grand nombre possible d'écrivains de toutes les époques.

Tout cela, je le souhaite à tous car la fréquentation constante de la littérature est une chose à laquelle j'ai été amené très jeune et que je n'ai jamais cessée, je connais la valeur de la découverte d'une beauté supérieure qu'ensuite j'ai recherchée et trouvée sous une autre forme dans les mathématiques.

L'apprentissage sérieux du Français et la mise en familiarité avec la littérature de tous les siècles me paraissent donc l'enseignement le plus important pour tout élève, y compris pour celui qui sera amené par ses goûts, ses dons et les circonstances de la vie, à se tourner vers les sciences ou les mathématiques. "

Partager cet article

Repost0
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 23:02

Son hypoténuse mesure 13 unités
et ses cotés sont tous de mesure entière.

 

Indice : un de ses côtés mesure une unité de moins qu'un autre 

Ce triangle est cité ici

Une remarque est possible concernant la figure donnée en illustration ...

Partager cet article

Repost0
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 11:34

Une planche qui indique comment indiquer à l'aide de la main gauche ou de la main droite
les nombres de 1 à 9999

Les nombres de 1 à 90 sont désignés grâce à la main gauche (en une ou plusieurs fois

les nombres de 100 à 9000 sont désignés grâce à la main droite (idem)

Exemple 4563

Sa décomposition est  4000 + 500 + 60 + 3

Ce qui donnera :

Main droite                                       

Main gauche

 

La planche entière

 

Compter avec les doigts ... jusqu'à 9000

L'oeil attentif détectera une petite erreur dans l'illustration ....

----

Voir aussi 

Manière de compter des anciens : avec les doigts des mains d'après un petit poème inédit arabe de Chems-Esdin El Moussouli. 

De Aristide Marre

Il existe de nombreux autres systèmes, certains vont beaucoup plus loin.

 

Copie du xiiie siècle du De Numeris de Raban Maur.

Copie du xiiie siècle du De Numeris de Raban Maur.

-----------------------

Remarque : certains élèves sont davantage kinesthésistes qu'auditifs ou visuels. Ce genre d'approche, produite de façon ludique peut les aider dans la perception et mémorisation des nombres, à l'école primaire. 

Pour un article beaucoup plus complet sur ce thème voir sur 

Biblioweb
COMPTER AVEC LES DOIGTS DE LA MAIN

 

Partager cet article

Repost0